L’alternance c’est la possibilité d’évoluer dans un milieu professionnel tout en poursuivant des études. 

Mixant missions en entreprise et enseignements théoriques, l’alternance offre de nombreux avantages : formation, rémunération, gratuité des frais de scolarité ou encore tremplin vers l’emploi, il s’agit d’une véritable plus-value, permettant d’acquérir un diplôme ou titre, du CAP au Master.

Pour être recruté en alternance, deux possibilités existent : signer un contrat d’apprentissage ou un contrat de professionnalisation. Si c’est deux dispositifs possèdent de nombreux points communs, il demeure néanmoins un bon nombre de différences, l’objectif est donc de se tourner vers la solution la plus en adéquation avec le projet professionnel.


Portail alternance.emploi.gouv.fr

Le contrat d’apprentissage

Sauf exceptions spécifiques, le contrat d’apprentissage s’adresse aux étudiants dont l’âge se situe entre 16 à 29 ans révolus.

Se présentant sous forme d’un CDL (Contrat à durée limitée) ou d’un CDI, sa durée varie de six mois à trois ans. Il permet de préparer un diplôme inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Tous les employeurs, y compris les entreprises publiques, peuvent embaucher.

L’apprenti étant associé au statut de salarié, il jouit de tous les avantages que possèdent ses collègues en entreprise : semaines de 35 heures, congés payés, tickets restaurants, etc.

Chez l’employeur, un maitre d’apprentissage, est désigné pour encadrer l’alternant. Préférentiellement, le maitre d’apprentissage sera diplômé dans le domaine étudié, ou y travaillera de manière assimilée. Il participera activement à la formation pratique et accompagnera l’étudiant dans l’obtention du diplôme ou du titre.

Tableau de rémunération
Alternant en contrat d’apprentissage Moins de 18 ans 18 à 20 ans  21 à 25 ans  26 ans et plus 
Base de calcul Salaire brut Base de calcul Salaire brut Base de calcul Salaire brut Base de calcul Salaire brut
Première année 27% du Smic 444,31 € 43% du Smic 707,60 € 53% du Smic 872,16 € 100% du Smic 1 645,58 €
Deuxième année  39% du Smic 641,78 € 51% du Smic 839,25 € 61% du Smic 1 003,30 € 100% du Smic 1 645,58 €

Le temps de formation doit être supérieur à 25 % de la durée totale du contrat.

Bon à savoir : un apprenti souhaitant passer son permis, peut bénéficier d’une aide de l’État afin de le financer.

Au-delà d’une réduction des coûts sociaux et patronaux, depuis l’été 2020, une aide de 5000 à 8000 euros peut être versée aux entreprises de moins de 250 salariés pour l’embauche d’un salarié en contrat d’apprentissage.

Le contrat de professionnalisation

Ce dispositif vise avant tout à insérer la personne dans un emploi par des actions de professionnalisation.

Les formations visées sont souvent plus courtes que celles privilégiées par le contrat d’apprentissage.

Ce type de contrat s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans révolus, ainsi qu’aux demandeurs d’emplois de 26 ans et plus, aux bénéficiaires des minimas sociaux ou sortant d’un CUI (contrat unique d’insertion).

Il est signé pour une durée précise, sous forme d’un CDD, d’une durée maximale d’un an (renouvelable une seule fois) ou d’un CDI, là-aussi, dans le but de poursuivre une formation reconnue au répertoire des titres RNCP ou CQP.

Un étudiant en contrat de professionnalisation est considéré comme un salarié à part entière au sein de son environnement de travail. De ce fait, il bénéficie des mêmes droits que les autres salariés de l’entreprise.

Côté employeur, un tuteur est désigné afin d’aiguiller l’étudiant pendant toute la durée des ses études.

Tableau de rémunération
Contrat de professionnalisation Moins de 21 ans De 21 à 25 ans 26 ans et plus
Base de calcul Salaire brut Base de calcul Salaire brut Base de calcul Salaire brut
Salaire de base (Bac ou Inférieur) 55% du Smic 905,07 € 70% 1 151,91 € SMIC ou 85 % du minimum conventionnel (retenir le plus élevé) 1 645,58 €
Salaire majoré (bac pro) 65% du Smic 1 069,63 € 80% 1 316,46 € 1645,58 €

La durée de la formation doit être de 150 heures minimum et se situer entre 15 et 25% de la durée totale du contrat.

Bon à savoir : L’entreprise qui recrute un salarié en contrat de professionnalisation peut bénéficier d’aides ainsi que d’exonérations fiscales selon la taille et l’effectif de cette dernière. Elle peut également bénéficier d’une aide à l’embauche si le candidat est âgé de plus de 26 ans.